Acceptation, diversité et boudoir

J’ai eu la chance de vivre et de m’offrir quelques séances boudoir au cours des dernières années. Ces expériences furent pour moi des outils phénoménaux dans mon cheminement vers l’acceptation de moi. Cependant, bien que ce style de photographie connaisse une certaine popularité, je sais qu’il reste non seulement encore parfois incompris, mais que pour certains, il est tout aussi tentant qu’intimidant, en particulier pour ceux et celles qui éprouvent une relation difficile avec leur corps. 

J’ai décidé de sonder l’opinion des gens face au boudoir, de voir ce qu’ils en pensaient. C’est via mon compte Instagram, par des sondages dans mes storys que j’ai tenté l’exercice. Et je l’avoue : j’ai été vraiment étonnée des réponses reçues ! Sur 200 répondants, 88% disent n’avoir jamais vécu de séance boudoir, alors que – toujours sur le même nombre de répondants – 87% disent qu’ils aimeraient vivre cette expérience. Donc… Le même nombre de personnes (ou presque) désirent le vivre, mais ne l’ont pas fait. Pourquoi?

Pourquoi a en effet été ma prochaine question. Plus précisément, j’ai demandé aux gens : « Si oui [si tu as envie de vivre une séance boudoir], qu’est-ce qui te retient? ». Encore une fois, je dois le dire : les réponses m’ont vraiment surprise! Je m’attendais bien sûr aux réponses comme la gêne, les moyens financiers ou le manque de confiance, mais j’ai découvert en parcourant les réponses que les raisons sont beaucoup vastes et complexes et qu’elles viennent parfois de croyance erronée ou profondément ancrée concernant le boudoir.

Qu’est-ce qui retient les gens de vivre une séance boudoir?

Une réponse qui est revenue à quelques reprises, sous diverses formulations et qui m’a fendu le cœur à chaque fois, c’est « Je suis trop laid.e » ou « Je suis trop gros.se ». À ça je dis : non, vous ne l’êtes pas. Personne ne l’est. Vous êtes votre propre et unique version de la beauté. Vous êtes vous et vous méritez de vous sentir bien dans votre peau au même titre que la personne mince, que la mannequin de 6 pieds, que celle qui correspond en touts points aux standards de beauté. Vous êtes peut-être différent.e, mais il est temps en 2020 qu’on arrête d’associer la différence à la laideur, autant d’un niveau personnel que social. Parce qu’au final, quand on regarde autour de nous, si on regarde attentivement, on voit beaucoup – beaucoup! – plus d’êtres « différents » que de gens qui rentrent entièrement dans les moules de la société, dans les standards irréalistes qu’elle nous fournit. J’en vois des cicatrices, des vergetures, des plis, des courbes, des boutons, des disparités, etc. sur moi et sur tellement d’autres personnes. Et si on apprenait à faire de ces choses des normalités (ce qu’elles sont!) plutôt que des choses dont nous devons avoir honte? Et si nous cessions de cacher ces complexes que nous sommes tant à avoir? Et si on les mettait même de l’avant, en boudoir pourquoi pas?

Cela m’amène aussi à un autre point qui est beaucoup revenu : le manque de diversité dans les séances boudoir. J’aimerais le nier et pourtant, c’est quelque chose que j’ai aussi remarqué. Souvent, les portfolios de photographes boudoir sont peu inclusifs. On y voit des personnes minces, des personnes à la peau « parfaites » et une absence d’imperfections. Malheureusement, certains photographes (qu’on ne nommera pas) qui font des photos de personnes différentes (ou devrais-je dire ordinaires) ne les mettent pas nécessairement de l’avant sur leurs réseaux sociaux. Ce qui est tellement dommage, mais heureusement ce n’est pas le cas de tous. Ce n’est pas parce que vous n’en voyez pas assez qu’ils n’existent pas pour autant et que votre corps, par conséquent, n’est pas fait pour le boudoir. Je vous invite à découvrir des photographes qui ont à cœur l’inclusion (liste à la fin du texte) et à découvrir des comptes qui mettent de l’avant des corps « hors normes ». Que ce soit Dix Octobre, le Montreal fat babe squad ou The Womanhood Project (pour ne nommer que ceux-ci) pour vous familiarisez et découvrir des corps différents, des corps qui probablement vous ressemblent plus que ce que vous voyez habituellement dans les médias et la publicité. Donnez-vous une chance de le voir.

Qu’en est-il des autres?

La peur de soi, de son corps, de se confronter à ses complexes, c’est normal. Dans une séance photo (boudoir ou non), il est difficile d’accepter qu’on ne contrôle pas son image ni le résultat qui va en résulter. De là absolument toute l’importance de bien choisir son photographe (sujet dont j’ai déjà parlé dans cet article) et de le faire quand on se sent prêt.e. Autant le boudoir peut-être une expérience bienfaitrice, autant cela peut être difficile ou nuire même à notre estime si c’est mal fait. Plusieurs mentionnaient d’ailleurs leur inquiétude face à une séance photo aussi intime avec un.e inconnu.e. Ne prenez pas à la légère le choix de votre photographe et surtout prenez le temps de le connaître et de le découvrir. Il faut faire attention aux propositions trop belles pour être vraies : des séances gratuites, des photographes sans portfolios, des rabais ridicules, des propositions douteuses, etc. C’est important de ne pas tourner le coin rond autant pour l’expérience en soi que pour le résultat. Prenez le temps de parcourir les Instagram des photographes dont le travail vous plaît, de leur écrire, d’échanger avec eux, de voir s’il y a un fit et si vous vous sentez assez à l’aise. Il n’y a rien de mal à demander un appel téléphonique avant de prévoir une rencontre, de demander des informations précises ou même d’aller chercher l’opinion d’autres personnes (des ami.e.s qui ont déjà eu un boudoir, des personnes dont vous avez vu les photos et dont vous aimeriez connaître le photographes ou juste des anciens modèles de photographes que vous aimez pour connaître leur expérience). Ce que vous voulez pour ce type de séance, c’est une personne humaine qui saura vous mettre en confiance et ça, ça commence avant d’être devant l’appareil photo.

Pour ce qui est des photos en soi, je pense qu’il règne une confusion sur l’utilisation de ces photos. Plusieurs photographes publient en ligne des photos de leurs modèles, mais toute séance boudoir n’a pas à être publier en ligne. Plusieurs personnes mentionnaient qu’elles aimeraient vivre cette séance, mais ne voulaient pas que cela soit diffusé. C’est votre droit ! Ces photos vous appartiennent. Vous avez parfaitement le droit de mentionner à votre photographe que vous ne voulez pas que ces photos soient utilisées par quelqu’un d’autre que vous ou pour faire de la publicité et la plupart des photographes ne le feront pas de toute façon sans votre accord préalablement. N’hésitez jamais à en parler AVANT la séance photo et à vous assurer que vos droits, vos désirs et votre intimité seront respectés. De plus, certaines personnes mentionnaient ne pas savoir quoi faire avec les photos. Et si la réponse était : rien. Vous n’avez pas l’obligation d’avoir un usage pour ces photos, de les diffuser sur votre Instagram ou d’avoir quelqu’un dans votre vie à qui les envoyer. Vous pouvez le faire pour vous et uniquement pour vous et c’est parfaitement correct ! Bien sûr qu’on peut voir le boudoir comme une opportunité d’avoir une belle photo pour l’être aimé, mais c’est tout aussi valable de le voir comme une expérience en soi et pour soi, pour découvrir et se réapproprier son corps et cela, même si la photo reste dans le fond de votre tiroir ou sur votre cellulaire sans que personne ne le sache jamais. Votre estime personnelle, vous prenez le chemin que vous voulez et les méthodes qui vont font du bien pour l’obtenir.

Et le jugement là-dedans? C’est malheureusement peut-être l’un des freins principaux. « Mais que va dire ma famille? Et le photographe? Et les personnes présentes? » À la fin de la journée, il n’y a qu’une seule personne dont l’opinion est importante : c’est vous. Pour ma part, je sais que certaines personnes de mon entourage ne comprennent pas le but de ce que je fais, ni pourquoi je ressens le besoin de diffuser mes photos en ligne ou juste d’avoir ce genre de photos. Mais cela n’appartient à personne d’autre qu’à moi. Nous n’avons qu’une vie à vivre et la vie est trop courte pour la vivre uniquement à travers les yeux des autres et dans la peur de ne pas leur plaire plutôt que de chercher à se plaire d’abord et avant tout. C’est votre corps, pas le leur. C’est votre vie, pas la leur. Vous ne vivez pas pour eux, mais pour vous. Qu’ils jugent, qu’ils parlent, l’important sera toujours votre bonheur, votre bien-être et votre relation avec vous-mêmes (photos en sous-vêtements ou non). Et puis… Entre vous et moi : personne est obligée de le savoir !

Qu’en est-il du reste?

Je sais aussi que financièrement, ce n’est pas quelque chose de possible pour tout le monde. Les séances photos ne sont pas toujours dans nos moyens, malheureusement. Pour ma part, je vois cela comme un investissement, au même titre qu’un tatouage par exemple : c’est quelque chose que l’on prévoit d’avance et qu’on s’offre en cadeau, parce qu’on le mérite et qu’on aime ça. Si je pouvais vous offrir à tous les moyens financiers de vivre le boudoir, je le ferais, mais malheureusement ce n’est pas aussi simple. Cependant, petit truc : je vous invite à suivre vos photographes préférés sur les réseaux sociaux : plusieurs d’entre eux offrent des séances photos plus courtes (des mini séances) dont le prix est moins dispendieux pour un temps plus restreint. Ce sont des belles opportunités à saisir !

Pour ce qui est des sous-vêtements, je sais que plusieurs disent vouloir avoir la lingerie parfaite pour l’occasion et je le comprends. On voit souvent des belles photos avec de la belle lingerie et quand on regarde le prix, on se dit qu’on ne peut pas se permettre ça. J’ai seulement envie de vous dire : ça n’a pas besoin d’être parfait. Pour ma part, mes bobettes viennent souvent du Winners et mes brassières prises en rabais chez Additionnelle. Et si vous avez les moyens, il n’y a rien de mal à payer pour un kit qu’on ne mettra presque jamais. Vous avez parfaitement le droit de remplacer un restaurant un mercredi soir dans votre budget par un ensemble de lingerie qui va rester dans votre garde-robe la plupart du temps. Mais n’empêche que je pense qu’on sous-estime souvent le pouvoir d’une bobette noire ordinaire et de ce qui réside déjà dans nos tiroirs (ou juste du bon vieil habit d’Adam et Ève!)

Le boudoir n’est pas une obligation

J’ai écrit cet article, car je sentais chez plusieurs le désir de vivre cette expérience, mais la peur de le faire. J’ai envie de vous dire : go, faites-le, MAIS uniquement si vous en avez envie et que vous vous sentez en confiance. Le boudoir n’est pas une étape ultime à atteindre à tout prix pour parvenir à l’acceptation. Tout le monde est différent, avec ses limites et sa zone de confort. Si pour vous, c’est quelque chose que vous n’arrivez pas à faire ou qui vous rend trop mal à l’aise, c’est parfaitement correct et vous ne devez pas vous en culpabiliser. Vous n’êtes pas plus hot ou plus confiant ou plus beau parce que vous avez posé en culottes.

Respectez votre rythme et vos limites. Ça veut aussi dire qu’il est important de ne pas brûler des étapes. Le boudoir, c’est confier son image à quelqu’un, c’est une grande dose de vulnérabilité. Je l’ai dit et je le répète : ce n’est pas à prendre à la légère. Je vous invite avant toute chose à vous familiariser avec votre corps : prenez des photos à la maison, amusez-vous avec votre cellulaire et votre retardateur ou demandez à l’être aimé même ! Et si un jour vous vous sentez prêts ou que vous avez envie de vivre le boudoir, faites-le dans le respect de vos limites. Certains photographes vont chez vous pour vous mettre plus à l’aise, d’autres louent ou ont des studios. C’est votre choix! Prenez le temps de discuter de ce que vous voulez et de quelles sont vos attentes face à cela.

C’est votre corps, votre réappropriation de votre corps et votre estime personnelle. Il n’y a pas qu’un seul chemin pour s’accepter et c’est à vous de le définir, étape par étape, pas à pas, le vôtre. Il y aura des hauts, il y aura des bas, mais dans tous les cas, cela sera le plus beau voyage que vous n’entreprendrez jamais de votre vie.


Voici donc pour vous une petite liste bien personnelle de quelques photographes boudoir que je considère inclusifs, des personnes dont les portfolios ne sont pas des reflets des standards de beauté et d’uniformité, mais plutôt des gens dont le travail cherche à montrer la beauté de l’authenticité et de l’humanité dans tout ce qu’elle est, dans toute la splendeur de ses imperfections (et vous êtes les bienvenus à m’écrire pour bonifier cette liste) :

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.