Je veux te désirer, maintenant et toujours

J’ai envie de cette sensation primale qui me prend tout d’un coup. De te désirer sans y penser, juste comme ça, en te regardant. Que tu occupes toutes mes pensées au point où je pense devenir folle. Je ne veux pas tenir ton corps pour acquis et encore moins la flamme que je vois s’allumer dans tes yeux quand je comprends que tu me désires aussi.

On est ensemble depuis deux ans maintenant. Deux ans à s’aimer comme des perdus et à se faire une vie à nous. On s’est créé un monde rien qu’à nous où on n’a pas peur des mots, de se parler et de communiquer du mieux qu’on peut. On est bien ensemble tout simplement, parce que cette relation-là c’est comme la paire de pantoufle la plus confortable du monde. Un petit mélange doux de tendresse, de chimie et de folies.

On est confortable ensemble. Sauf que ce confort-là, je ne veux pas qu’il devienne un éteignoir. Je sais que ce sont des choses qui arrivent : la routine s’installe et les gens se tiennent pour acquis. Je n’ai pas envie de ça. Je n’ai pas envie qu’on parle de nos débuts comme si c’était une époque révolue. Et je sais, on est encore jeune dans notre histoire, mais j’ai envie d’y penser maintenant, de me mettre des mémos pour la future moi pour lui rappeler la flamme qui m’allume en ce moment et qu’elle n’oublie pas à quel point elle peut t’aimer et te vouloir.

Parce que te désirer est une sensation que je ne veux pas perdre.

Je l’ai senti parfois, ma tendance à m’installer dans notre routine et à juste considérer ça comme acquis de se coucher ensemble et jouer comme les adultes font. De savoir que tu allais me faire signe quand tu aurais le goût et de juste avoir la tendance à attendre. Je n’ai pas envie d’être un membre passif de nos ébats amoureux. Je n’ai pas envie d’oublier que j’aime ça te désirer spontanément, sans que tu aies eu à me faire de signe, juste de même parce que… criss que tu es beau !

Je veux le sentir le frisson qui me passe de bord en bord quand j’ai un flashback sur ce qu’on a vécu. Je ne veux pas que ça devienne une corvée conjugale qu’on fait une fois de temps en temps par principe. Je ne dis pas qu’on doit être des lapins qui baisent sans arrêt. Je veux juste que la qualité soit là, qu’on ne mise pas sur le fait de le faire constamment, mais de le faire avec amour, que ça nous tente encore de nous retrouver. Qu’on continue de trouver ça beau le corps de l’autre et qu’on s’émerveille encore du plaisir qu’il peut avoir dans ces moments précieux. Ce n’est vraiment pas une question de fois ou de fréquence, c’est une question de magie. Parce que ce n’est pas quétaine ou niaiseux de vouloir que ça soit plus qu’un acte. 

C’est important pour moi de travailler à ce qu’on se veuille encore.

Non, je ne pense pas que c’est toujours nécessairement naturel. On a tous des moments dans notre vie où ça nous tente moins ou pas pantoute. J’ai juste pas envie de contempler ma vie sexuelle comme on regarde une toile dans un musée : figer dans le temps sans trop comprendre et en ne pouvant pas y toucher. J’ai envie que notre vie à deux et nos moments à deux soient actuels, qu’ils appartiennent à un présent dans lequel on met de l’effort. Parfois c’est ridiculement facile, j’ai l’impression que ça s’entretient tout seul, mais je sais que la vie c’est pas toujours comme ça. Qu’on aura des moments difficiles, une vie de famille probablement qui viendra tout chambouler. Peut-être que ma libido va crisser le camp par la fenêtre sans que je le voie venir. Ça se peut, je ne le sais pas. 

Ça ne change rien au fait que je n’ai pas envie qu’on oublie ce que c’est de se désirer l’un l’autre. Parce que c’est beau, non? C’est sensible, c’est intime, c’est puissant. C’est une sensation que je trouve merveilleuse et qu’on sous-estime souvent. Parce qu’on se dit peut-être que c’est simple de désirer quelqu’un qu’on aime, mais c’est plus subtil que ça. Ça demande qu’on soit toujours sur la même longueur d’onde, que la chimie soit encore là et qu’on cherche encore à faire de notre couple un endroit où on s’abandonne.

Se désirer dans le fond, c’est avoir envie de l’autre tellement fort que notre corps ne peut pas garder ça en dedans.

J’en ai désiré des hommes dans ma vie, mais jamais comme je te désire toi. Et je ne veux pas que ça s’estompe, que ça devienne quelque chose qu’on relaie aux illusions des premiers jours. Ne soyons pas comme ces couples, jeunes ou vieux, qui disent que les premiers mois ou premières années, c’est la passion et qu’ensuite, c’est normal que ça s’efface. On n’est pas obligé de se contenter de ce qui est « normal ». J’ai envie qu’on soit ce couple qui se fait encore des clins d’œil coquins à 75 ans comme si c’était hier qu’ils se faisaient la cour pour la première fois, qu’on ricane de cette manière pleine de sous-entendus dans un langage que seuls les amants comprennent.

J’ai envie d’avoir encore le cœur qui bat comme s’il y avait des chances que ça ne se produise pas. Comme quand on se cruisait en ne sachant pas si on allait trop loin, trop vite ou si on ne faisait pas ça convenablement. Je veux frissonner, sentir qu’on vit pleinement et à fond. J’ai envie de ressentir chaque seconde de nos moments ensemble avec force, pas de faire comme dans les films et partir dans ma tête en attendant que ça finisse. J’ai envie de t’aimer avec ma tête et avec mon corps, parce que je trouve ça merveilleux. Si jamais j’oublie, j’espère me rappeler de me relire et de retrouver en moi ce désir qui me fait vibrer et qui rend la vie avec toi si délicieuse. 

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.